lundi 11 février 2013

Végétarisme : 7ème jour

Première pesée : absolument identique à celle de la semaine passée, y compris masse musculaire et graisseuse. Le végétarisme ne semble pas faire fondre les muscles.
Consommation d'alcool : 1 verre de bière avec mes camarades du théâtre + 1 coupe de champagne pour l'anniversaire de ma sœur.
Sodas lights : 3 unités dans la semaine.
Premier encas chez « Pomme de Pain », les options VG sont limitées : soit c'est le sandwich « Comté » soit c'est le sandwich de saison « L'organique ». N'étant pas encore au point sur les fromages compatibles avec le végétarisme, j'opte pour « L'organique ». Le pain est correct, mais le fourrage « St-Moret-pousses de soja-miel-noix » est pour le moins étrange. Çà fait nourriture plus que repas. Option non validée, donc.
Et pour le dessert, gros dilemme : les pâtisseries sont tentantes, mais contiennent-elles de la gélatine ? N'ayant pas envie d'importuner les vendeurs qui, probablement, ne sauraient pas me répondre, je me rabats sur du fromage blanc avec du coulis de fruits rouges. J'aurais dû prendre les fruits, au moins, j'étais sûre de mon coup.
Côté « vie sociale », j'ai esquivé l'assiette de charcuterie « j'ai pas très faim » alors que je me suis laissé tentée en même temps par les frites. J'ai dû néanmoins annoncer LA grande décision à ma sœur, qui me proposait du jambon pour mes crêpes. Elle-même ne mangeant pas de viande, mais néanmoins du poisson, et ce depuis 4 ans, m'a immédiatement dit « et tu vas tenir ? ». Passer de carnivore à végétarien semble être un engagement dont je sous-estimerais l'impact.
Je me considère en période d'essai. J'ai commencé mon régime, au débotté, immédiatement, sans vider mon placard des maquereaux, thon et rillettes de poisson qu'il contient. Ce n'était pas prémédité, mais néanmoins longuement mûri. Je me rappelle de mes premières interrogations sur le végétarisme, alors que j'étais une étudiante de 18 ans. 15 ans plus tard, je concrétise. Dans la foulée, j'ai acheté « No Steak » d'Aymeric Caron. Et 2 jours après ma prise de décision, nouveau scandale alimentaire lié à la viande. Du cheval dans des lasagnes « pur bœuf » Findus. Pas impropres à la consommation, donc un énorme gâchis à prévoir, juste une énième prise de conscience que la traçabilité de ce qu'on mange est pour le moins incertaine et qu'on gagnerait tous à moins d'intermédiaires et plus de transparence, quitte à le payer un peu plus cher de notre poche. Cela faisait néanmoins longtemps que je m'abstenais de produits préparés à base de viande hâchée ; c'est fou comme un reportage à la télé peut vous faire changer d'avis. C'est généralement bien monté, visuel, donc convaincant.
Défi de la semaine : faire l'inventaire des fromages autorisés
Défi « vie sociale » de la semaine : éviter de faire mon coming-out alimentaire, je n'ai pas envie de faire peur à mes proches.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire