mardi 15 mars 2016

En avoir... ou pas!

Une blogueuse québécoise a fait grand bruit en déclarant que les personnes sans enfants (surtout les femmes) étaient égoïstes et ne contribuaient pas au fonctionnement de la société à hauteur de ce qu'elles en recevaient. Évidemment, elle, cette sainte, s'est dévouée en en faisant quatre.





Outre le fait que tout le monde ne peut pas avoir d'enfant (la stérilité est une réalité pour bon nombre de personnes), il semblerait donc que ne pas désirer d'enfant nous range d'emblée dans la catégorie des égoïstes immatures.

Évidemment, je ne peux qu'exprimer mon profond désaccord. Avoir, ou pas, un ou des enfants reste pour moi un choix personnel et un choix qui doit être respecté. Je suis une adulte, j'assume mes choix et moi, je n'ai pas de désir d'enfant. C'est tout. Pour autant, moi aussi, j'ai une vie, un boulot, des problèmes... Que je trouve un peu trop systématiquement amoindris, voire niés, parce que je suis célibataire et sans enfant. Comme si le titre de "parent" donnait une dignité supérieure, des droits supplémentaires à se plaindre et à imposer sa vision du monde à autrui. 

Même si j'ai moins de logistique à gérer que des parents, je suis tout autant emmerdée par les dégâts des eaux, impôts à payer et autres joyeusetés de la vie quotidienne. Et çà, trop de gens l'oublient. Je suis toujours seule à me coltiner l'installation de la fibre, les relevés de compteurs ou encore les courses. Personne avec qui partager, personne à qui déléguer. Alors je me considère tout autant occupée qu'une personne en couple ou qu'un parent, mon temps n'est pas moins précieux.

Déjà que je paye tout plein pot sans bénéficier de grand chose, j'aimerais juste du respect et çà commence par arrêter de me demander: "et toi, les enfants, c'est pour quand?" 
Franchement, c'est l'affaire de qui? De quoi se mêle-t-on?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire