samedi 17 septembre 2016

Ce mon voyage en Mongolie m'a appris

Passer quinze jours entre yourtes et yaks, je dois avouer que cela a changé des choses en moi. Et mes deux acolytes, complètement inconnus et impartiaux, ont eux aussi fait avancer mes réflexions personnelles.

Il est évident que pour ce voyage dans un pays très peu touristique (3 millions d'habitants, disséminés sur un territoire grand comme 3 fois la France, en compagnie de 55 millions de têtes de bétail: biquettes, bovins, chevaux...)

Sur le minimalisme:
- ce dont a besoin tient dans une yourte
- s'encombrer d'inutile n'a aucun sens
Sur le végétarisme et le véganisme:
- c'est un luxe d'Occidentaux non soumis à des températures extrêmes... Quand on est nomade, par définition, on ne cultive rien, donc pas de fruits, pas de légumes.
- quand on vit avec du bétail, ce n'est pas qu'on ne le respecte pas en le consommant sous toutes ses formes. Je vais donc me détendre sur la question du cuir.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire