jeudi 21 avril 2016

Le poids des habitudes

Il m'est difficile de parler de mon poids. A part mon médecin, personne n'a le chiffre. Je dois dire que, malgré mes efforts, je ne réussis pas à infléchir la courbe dans un sens qui me convient.



Comme beaucoup d'occidentales, je suis en surpoids. Je le sais. J'ai déjà énormément lu sur le sujet, vus des médecins, je suis même partie en cure (comme les mamies) l'année passée!

Chaque année, je prends la résolution de perdre du poids, ou de faire plus de sport, ou les deux. Hélas, ce poids stagne depuis plus de 4 ans et l'effroyable effet rebond du régime Dukan (prise de 4,5 kilos en une semaine)- rien d'étonnant à ce que je sois devenue végétarienne juste après. J'ai joué avec ma santé, et je le regrette profondément.

J'oscille entre résignation (pourquoi changer? je ne suis pas si malheureuse) et prise de conscience (quid de ma santé à long terme? parce qu'aujourd'hui, çà va, mais dans 10 ans, diabète? hypertension?). Ma santé est ma priorité. J'ai renoncé il y a bien longtemps à être à la mode et j'ai fait la paix avec ma garde-robe (oui, je suis plus 42-44 que 38, et alors????). On naît avec un physique et un potentiel, puis on grandit avec des habitudes. On peut jouer sur ces dernières, mais pas sur le reste.

Au fil du temps, j'ai donc adopté de nouvelles habitudes. Mon végétarisme m'a fait complètement passer mon penchant pour les bonbons, ces doux poisons rassurants. Mais j'ai toujours ce bec sucré. J'aspire au véganisme donc au végétalisme, et j'espère qu cela me fera passer mon penchant vers les pâtisseries et autres gâteaux.  

J'identifie encore quelques mauvaises habitudes à troquer: grignoter, prendre des snacks à l'extérieur, manger trop de féculents... Pas simple, malgré ma bonne volonté. C'est une lutte de tous les jours. Les tentations sont partout: alcool, gourmandises qu'on partage entre amis ou collègues, obligations sociales! Et quand tu avoues (oui, AVOUER) que tu fais attention, il y a toujours un abruti qui te dis que tu n'en as pas besoin (à moins qu'il soit diététicien, qu'est-ce qu'il peut en savoir?).

Du coup, j'ai pris l'habitude de refuser l'alcool d'un "je prends des médicaments qui ne sont pas compatibles avec". Personne n'insiste.
Pour les gourmandises, je reste polie, soit j'en prends une toute petite part, soit je dis "je viens de manger, je n'ai pas faim".

Ce qu'il est difficile de vivre dans cette société où tout le monde croit savoir tout sur tout alors que 90% des gens sont mal renseignés (et très influencés par la pub... Style: "les produits laitiers, vos amis pour la vie") et se permettent des remarques dont ils ne maîtrisent pas les conséquences. Un peu de bienveillance serait la bienvenue.

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire