vendredi 12 décembre 2014

Sérénité d'entre deux jobs

M'étant pris un certain nombre de baffes dans la tronche ces 18 derniers mois, j'aspire à une vraie stabilité professionnelle. J'espère l'avoir trouvée, en tout cas, j'estime que c'est bien parti.

Pour la première fois depuis toute cette période, je ne me connecte plus frénétiquement au site de l'APEC, à Cadremploi ni même à Linkedin, où je m'enorgueillis pourtant de plus de 1000 connections. Déjà, je n'en ai plus besoin, car CDI en vue en janvier. Au delà de çà, je n'en ai plus envie. L'herbe pourrait-elle être plus verte ailleurs? Très probablement. Et alors, j'ai envie, pour une fois, d'être heureuse avec ce que l'on m'offre. J'ai été tellement frustrée par le passé, que cette émotion m'a consumée de l'intérieur, m'empêchant de laisser s'exprimer pleinement mes potentialités.

J'ai décidé de laisser mon insécurité chronique de côté et de me faire confiance. Pas la peine d'anticiper un échec de ma période d'essai. Ce n'est pas parce que cela m'est déjà arrivé par le passé que je suis condamnée à répéter ce funeste schéma. Mon énergie va être consacrée à ma réussite et à rien d'autre. Les difficultés, il y en aura, comme partout, comme tout le temps. Je me déconnecte du mode "Recherche d'emploi", un point c'est tout.

Je profite de ce temps et de cette tranquillité que j'ai trop rarement pour mettre de l'ordre dans mes affaires et dans mon esprit.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire