dimanche 28 décembre 2014

Renaître en beauté - de l'importance de prendre soin de soi.

Adolescente, j'étais fan de maquillage et de parfum. Il faut dire qu'à défaut de pouvoir me faire plaisir avec les vêtements (physique que je n'assumais pas, multiples complexes, environnement familial qui n'aidait pas), j'ai reporté mes tentatives d'être jolie (présentable?) sur le maquillage et plus tard les sacs. D'aucuns trouveraient ce hobby frivole. Je le comprends. Je demeure même persuadée que les femmes d'aujourd'hui dépensent un peu trop d'énergie et d'argent en fanfreluches et pas assez dans leur carrière et leur confort financier. Je suis très énervée par ces études qui pensent démontrer que l'achat de rouge à lèvres est corrélé au désir de plaire aux hommes; genre, il est inimaginable pour les "chercheurs" qu'une femme ait un autre but dans la vie? et les lesbiennes, alors? Et les femmes déjà maquées?

Reste que j'ai toujours constaté que l'apparence est importante (pour les femmes ET pour les hommes). Ce n'est pas tant d'être jolie voire belle qui est important, car on naît avec un physique à assumer, avec ses atouts et ses imperfections. Pour moi, il faut en tirer le meilleur parti possible et présenter à autrui son meilleur profil. C'est la moindre des politesses d'être propre et un minimum apprêté. Pas besoin de ressembler à un magazine (ceci dit, les modèles présentés tiennent davantage du dessin que de la photographie), mais le minimum est d'avoir une vraie coupe de cheveux, une belle peau, des vêtements qui sont seyants. La personne la plus compétente du monde aura du mal à convaincre avec les cheveux gras et un vieux pull tout délavé. C'est hélas encore plus vrai pour les femmes. 

Même si j'ai envie de ne pas être superficielle et de montrer à quel point je suis compétente et professionnelle, j'ai de nouveau investi dans mon physique. Il y a une paire d'années, j'ai corrigé des grains de beauté sur le visage et des dents pas très solides, mettant fin à quelques complexes. Finalement, la solution était simple. J'aurais dû le faire avant, çà valait le coup! Et aujourd'hui, après une année difficile, que j'ai parfois ressentie comme une libération face au consumérisme et parfois comme une privation d'un peu de frivolité et de légèreté, j'ai à nouveau acheté des produits de soin et de maquillage. J'ai demandé des conseils à des pros et je pense que c'est la bonne méthode: ne pas rester seule face à son miroir. C'est difficile d'être objective sur soi. Moi qui pensais avoir un visage à la peau sèche, j'ai en réalité la peau mixte avec des zones grasses sur la zone T (très classique), du coup, je n'ai pas toujours utilisé des produits adaptés. Perte de temps et d'argent. Un peu comme pour les couleurs de vêtement qui me mettent en valeur dont j'étais passée à côté.

Mon éducation cosmétique, je me la suis faite seule, à l'aide de magazines féminins (pas forcément les meilleurs conseils, mais au moins, j'avais un interlocuteur) car ma mère ne m'a jamais parlé de beauté, tout juste d'hygiène. Que pensait-elle? Que le naturel était suffisant pour réussir dans la vie? Qu'on séduit un partenaire en gardant les cheveux sales et les ongles à peine coupés? Cela peut être le cas d'une minorité, mais ce que j'ai pu voir, après 5 années d'études et 10 à travailler est qu'il faut avoir la tête de l'emploi (dress for success) et que négliger cette partie, c'est montrer qu'on n'est pas dans le jeu. Hérésie que de se montrer sans maquillage, avec une tenue trop décontractée et des chaussures sales!

Voilà des années que j'ai décidé de ne pas avoir de "tenues de week-end", même quand je ne travaille pas, je veux rester présentable quand je sors. C'est une question de confiance en soi. Ce n'est pas de la superficialité. Le visage qu'on présente à autrui est très important. C'est ce qui fait la différence entre être remarqué ou ignoré. Personnellement, j'apprécie les hommes qui prennent soin d'eux et font attention à leur apparence. Sans verser dans le narcissisme, j'aime quand un homme choisit une chemise dans une couleur qui lui va bien, ou une jolie montre. C'est une preuve de bon goût et de sophistication. Et j'aime le bon goût et la sophistication, même si j'aspire au minimalisme. Ce n'est pas contradictoire du tout. Pour moi, le minimalisme est choisir l'essentiel au détriment du superflu. Mais cet essentiel doit donner envie d'en prendre soin et être de bonne qualité. C'est difficile, il faut parfois plusieurs essais, mais c'est bien l'objectif.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire