dimanche 28 décembre 2014

Escapade new yorkaise d'avant Noel

Voilà plus de 6 mois que je n'étais pas partie de Paris, il était temps que je profite un peu de mon temps libre et des quelques sous qui étaient sur mes comptes.
Voilà aussi des années que je voulais revenir à New York. J'y étais allée en 2002, mais mon budget d'étudiante ne m'avait pas permis de faire tout ce dont j'avais envie.

J'aime réaliser ces projets rêvés depuis longtemps. Aux Etats-Unis, j'ai toujours eu un faible pour New York, j'adore les films et séries s'y déroulant. C'est pour moi la ville la plus sophistiquée, la plus vibrante du monde. Tout n'y est pas parfait, c'est sûr, car cela reste une métropole peuplée de gens pressés où les inégalités sont prégnantes. Mais j'ai eu la sensation que tout y était possible. Depuis les joggers dans Central Park aux working girls pressées du West Side, je n'y ai trouvé que des gens polis et respectant l'autre. Pas de bousculades, personne qui grille les files d'attente. Plusieurs fois, on m'a dit "God bless you" quand j'éternuais dans la rue. C'est une ville où je pourrais vivre, si l'opportunité se présentait.

J'ai écumé les musées et attractions, durant 6 journées bien remplies. Seule ombre au tableau, les Etats-Unis restent la patrie de l'hyperconsommation. Je reste admirative des Américains qui se lancent dans le minimalisme, car cela n'est guère dans l'air du temps là-bas. De ce côté de l'Atlantique, cela n'est pas péjoratif d'être décroissant, voire c'est même branché, mais là-bas, c'est comme renier l'ADN du pays, ancré dans l'opulence. 

Même si je prône une consommation raisonnée, j'ai succombé aux tentations shopping, omniprésentes. Il faut dire que certains produits sont nettement moins chers ici (ex: Basic 3 Temps Clinique à 66$, contre 109€ en France) et il y a tout ce qu'on peut imaginer. J'ai notamment ramené des vêtements (Calvin Klein) et des cosmétiques (Body Shop et Clinique) ainsi qu'un ipod touch. J'ai bien conscience d'avoir eu une bouffée de shopping compulsif mais j'ai eu envie de conclure cette calamiteuse année 2014 en me faisant plaisir.

Gros point positif de mon voyage: j'ai pu constater qu'il existe de la bonne bouffe végétarienne, créative et goûtue, avec des options partout. Les calories sont indiquées partout, ce qui est à la fois intéressant (on prend conscience de ce qu'on avale) et effrayant (quoi, tout çà! car j'ai vu des milk-shakes à plus de 1000 calories la portion). Moi, je n'ai pas pris un gramme, ce qui est rare quand je suis en vacances. Mais marcher dans le froid new-yorkais permet d'éliminer rapidement les éventuels excès. J'ai beaucoup marché, car mon hôtel étant plutôt central, je n'ai pas investi dans une carte de métro illimité. J'ai quasiment tout fait à pied!



Aucun commentaire:

Publier un commentaire