mercredi 19 novembre 2014

Relooking puis shopping overdose

Je me suis offert, il y a peu, un début de relooking. Les formules étant nombreuses, de qualités probablement différentes, à tous les prix, il ne m'a pas été facile de me décider. Je savais juste que je devais mettre toutes les chances de mon côté pour ma recherche d'emploi en cours.

Le déclic? Je n'ai pas eu le poste que je souhaitais et la meuf qui l'a obtenu ne m'a pas éblouie par ses compétences, limite elle ne sait pas faire grand chose car elle préfère faire faire les basses besognes à son équipe. Je dois dire que je n'ai guère d'estime pour les patrons qui ne savent pas mettre la pain à la pâte. Alors, elle, avec son manteau Burberry, ses robes courtes, ses fringues de créateur bref, son look étudié, c'est sûr qu'on ne peut pas compter sur elle pour bosser dans le dur. En revanche, c'est bien elle qui a eu le CDI, le titre et le salaire. Elle sera très décorative, à coup sûr.

J'en suis arrivée à la conclusion qu'elle a la tête de l'emploi. Tant mieux pour elle, cela ne sert à rien d' en être jalouse. Je n'ai pas son physique, car déjà je mesure 15 cm de plus qu'elle, donc c'est raté pour le côté "petite femelle fragile". Il faut que je tire tous les avantages de mon physique à moi, c'est tout. Il y a des professionnels qui ont l'oeil pour tirer le meilleur parti de chacun.

Passons. J'ai donc décidé de taper "relooking" sur google pour trouver une solutions à mon problème. Il y a bien trop de résultats, alors j'ai fini par tomber sur un site qui recense des prestataires de soins cosmétiques etc. Histoire de commencer par analyser l'existant, j'ai opté pour une prestation "tri de garde-robe". Rien de tel qu'un oeil extérieur pour faire le point en toute objectivité. J'ai donc passé une matinée avec une relookeuse, chez moi, qui a commencé par me faire un test de couleurs et de formes puis a passé en revue avec moi ce que j'aimais, ou pas, comme vêtements. Elle a aussi composé quelques looks pour que j'ai une bonne idée de ma silhouette.

Le bilan? Je suis loin d'avoir tout bon sur les couleurs. Moi qui adore le fuchsia et le violet, ce sont des couleurs trop froides pour moi. Je suis censée m'orienter vers le rouge épicé, le kaki, le corail, le gris souris le bleu marine... A part le bleu marine, que je porte très souvent, je n'ai pas beaucoup de vêtements dans les bonnes couleurs. Pire, je n'ai que des bijoux de tonalité argentée, alors que ma complexion me porte vers le doré. Côté formes, j'avais déjà identifié ce qui me va. Mais cela fait toujours du bien d'entendre qu'il ne me faut pas de vêtements trop fins, trop moulants, trop courts... Bref, ceux que j'ai tendance à m'acheter, parce que je me dis que je vais perdre du poids, un jour. Mais ce jour n'est toujours pas arrivé. En attendant, autant que je m'habille correctement. La vie, c'est maintenant, pas dans 3 mois.

Suite à ce tri, certains vêtements ont rejoint les bonnes oeuvres et je vais tâcher d'en vendre d'autres. Il s'agit de financer ma nouvelle garde-robe. Car j'ai l'impression de ne rien avoir à me mettre... J'ai, pour avoir des idées, acheté quelques magazines féminins. Il y a à boire et à manger dans ces trucs... Mais côté mode, il y a des idées.

J'ai alloué un certain budget pour garnir ma garde-robe avec de nouvelles acquisitions: 1 paire de bottes, 2 jeans slim, 3 tuniques, 3 colliers, 1 Pull etc. J'ai passé mes 3 derniers weekends et aussi quelques soirées à courir les magasins. J'ai tendance à craquer sur des fringues en magasin, mais je les réessaye toujours chez moi. Et généralement, la moitié des achats retournent au magasin. Et je craque sur d'autres articles lors de cette seconde visite... Qui a parlé de cercle vicieux?

J'ai tellement traîné dans les C&A, H&M, Gap, Uniqlo et autres magasins de fast fashion, que j'en ai fait une overdose. Cela faisait pourtant bien longtemps que je ne m'étais pas accordé de vraie réflexion sur les vêtements que j'avais envie de porter... Mais là, c'était trop. Le budget a été atteint et la perspective de faire un tour dans un centre commercial me donne la nausée. littéralement. Plus moyen pour moi d'aller dans un magasin sans une quête très précise. Un manteau d'hiver par exemple. Plus question d'errer dans les rayons dans l'attente d'un coup de foudre.

Et le minimalisme, là-dedans, me direz-vous? Je ne peux pas passer mes journées en jean et T-shirts, donc je dois un minimum réfléchir à un look. Il vaut mieux avoir des vêtements que l'on met souvent, parce qu'ils nous vont bien, sont de la bonne matière, couleur et taille, c'est un bien meilleur investissement que des vêtements qu'on aime mais qui ne nous flattent pas. Mais c'est moyennement minimaliste, je le reconnais. 

Quand on habite en région parisienne, qu'on est cadre en recherche d'emploi, on ne peut pas se permettre d'avoir l'air négligé ou has been. Donc la case relooking ne m'a pas semblé superflue. J'ai consacré une centaine d'euros à la prestations en elle-même, mais elle m'a évité des achats inutiles d'un montant au moins équivalent.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire