jeudi 18 avril 2013

Ma première mésaventure avec les plats préparés

Déjà que la plupart spécifient qu'ils ont été préparés dans des ateliers manipulant des matières dont on ne veut pas dans son assiette : poisson, charcuterie… Leur composition est suspicieusement longue. Alors qu'ils sont préservés par la chaîne du froid, on y rajoute des conservateurs et autres exhausteurs de goût.

Bref, je me méfiais déjà pas mal, reluquant les étiquettes pour y identifier ce qui ne me plaît pas : adjuvants chimiques, huile de palme etc. Mais je me suis fait avoir ! j'ai pris une petite salade de farfalles aux pignons de pin, avec du pesto et des petits légumes. Bim, y avait aussi des morceaux de poulet dedans. La consistance m'a alertée, car honnêtement, de l'extérieur, çà n'avait pas l'air d'un plat omnivore. Me voilà triant consciencieusement ma petite salade. J'ai forcément avalé quelques molécules de chair d'animal mort. J'ai pesté contre moi-même, mais tant pis, la salade est déballée, il faut bien la manger.

J'aurais pu éviter cette mésaventure si les fabricants avaient la bonne idée d'identifier les plats convenant aux végétariens. C'est par exemple le cas en Angleterre, et c'est tellement plus simple ! Mais non, dans notre pays où les gamins sont contraints de manger de la viande ou du poisson tous les jours à la cantine scolaire, où on nous bassine avec une consommation démente de 3 produits laitiers par jour, personne n'a cette idée de bon sens. Les produits kacher ou hallal sont identifiés clairement eux. Mieux vaut être juif ou musulman que végétarien. Misère !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire