mercredi 17 décembre 2008

Australia, un film local


Avantage de vivre en Australie: on peut voir le film "Australia" en sortie mondiale, c'est à dire dès le 24 novembre, et non le 24 décembre comme en France.

J'ai profité d'un après-midi avec un temps maussade et imprévisible sur Hobart pour aller voir le film. Un très beau film. J'avais lu des critiques mi-figue mi-raisin, comme quoi le scénario était un peu faiblard et le film trop long.

Et bien moi, je n'ai pas trouvé. Evidemment, le style très théâtral et onirique de Luhrmann est bien présent, car cela reste un film d'auteur, même à gros budget. Je me suis laissé prendre par l'histoire, certes très classique et bien-pensante. C'est vraiment un film à voir sur grand écran, pour admirer les paysages du Nord de l'Australie, tantôt désertiques, tantôt humides. Je n'ai pas trouvé le film trop long, il faut quand même faire justice au film et à la complexité qu'il traite: une classique histoire d'amour, un parcours initiatique pour s'approprier des rites ancestraux, une adoption, une histoire de complot et une vengeance, et là-dessus, un épisode de la Seconde Guerre Mondiale et le drame des Générations Volées d'enfants aborigènes ou de sang mêlé... 2 heures et demie, cela me semble honnête, ce n'est pas une de ses comédies romantiques calibrées à 1H30 ou un film d'action de 1H50.

Seul reproche: Nicole Kidman est tellement maigre qu'elle en est irréelle. Son alchimie avec Hugh Jackman n'est pas 100% convaincante, mais lui est superbe: athlétique, rugueux, un peu tourmenté, peut-être moins subtil qu'un Clatk Gable en Rhett Butler. Il joue un cow-boy et non un homme du monde, sa rudesse est donc légitime. Les scène apocalytiques du film ne sont pas sans rappeler « Autant en emporte le vent », le chassé-croisé amoureux en moins. Nicole Kidman n'a cependant pas le piquant d'une Scarlett O'Hara/Vivien Leigh.

Le personnage de l'enfant de sang-mêlé a un peu de Harry Potter en lui et est tout à fait crédible. Pas sûr cependant que l'acteur qui le joue ait un grand avenir, étant quand même très typé.

Je pense que je n'ai pas compris toutes les subtilités du film, accent australien oblige, mais j'ai vraiment apprécié les paysages d'une Australie que je ne connais, à l'exact opposé de celle qui m'est désormais familière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire